Quand deux mille dix huit s'en va, 2019 s'en vient



Ce sont les dernières heures de deux mille dix huit.
Voilà bien longtemps que je n'ai plus fait de bilan fouillé de mon année.
Deux mille dix huit a été une année riche, intéressante, malmenante, capitale dans une vie, riche d'enseignements sur moi-même.
En deux mille dix huit, j'ai beaucoup voyagé; j'ai pris l'avion à trois reprises - enfin six, si on compte l'inévitable retour - je suis allée au Portugal, à Nice, à Marrakech en volant. Et j'ai tellement, tellement aimé ça. Je suis aussi allée à Côme en Italie et à Chamonix.

Au printemps, j'ai eu une entorse pour la première fois de ma vie, à la cheville droite. Je suis allée aux urgences et ait fait une rééducation avec un kiné, beaucoup de premières fois. Première migraine aussi, dans le courant de l'hiver. Mon corps de femme m'a beaucoup questionné et fait souffrir cette année.  La faute a des années de pilule contraceptive qui a transformé mon système hormonal en champ de foire. Je me rappelle d'un soir désespérant où j'ai eu la sensation que mon corps m'échappait complètement; incompréhension totale. C'était très difficile à vivre mais en octobre un petit miracle s'est produit; j'attends maintenant un bébé pour le mois de juillet.

En deux mille dix huit, j'ai fêté mes trente ans. Pendant deux jours. Dans une grande maison à la campagne avec mes amis et une partie de ma famille, il y avait un chaton, un immense jardin très joliment aménagé, un trampoline, tout pour faire une raclette et un dessert dément. Le lendemain matin, c'était irréel de voir tous ces gens que j'aime sortir du lit et prendre leur petit déjeuner. J'ai bu un thé au bord de la mare avec ma sœur et ma nièce et on se disait, le cœur plein de joie que ces moments si spéciaux ne faisaient que commencer. Puis il y a eu le dimanche en famille, qui s'est étiré, étiré jusqu'au soir, notre estomac s'étirant au même rythme que les heures de la journée.

Ce jour là a ouvert comme une parenthèse inédite que je ne vivrai qu'une fois dans ma vie; deux semaines après, c'était mon enterrement de vie de jeune fille. Avec les meilleures. Et encore deux semaines après, mon mariage avec Olivier, puis Marrakech, puis Alfred et, et, et, nous voilà au trente et un décembre.

Inch'allah ! comme ai-je dit à Nouzha en quittant Marrakech.

Et entre temps, combien de moments uniques? Combien d'allers-retours à Mulhouse chez Carole pour la confection de ma robe? Combien de comptes à rebours ? Combien de rendez-vous comme on en vivra qu'une fois dans notre vie ?

Deux mille dix huit, tu m'as aussi malmené parfois. Je me suis parfois perdue dans tes journées, dans tes mois. Ne sachant que faire, brassant du vent pour faire quelque chose quand même, comblant l'attente et l'impuissance. Le déséquilibre, le doute, le découragement se sont souvent emparés de moi.

La nature, mon alliée, a été mon soutien. J'ai beaucoup randonné et je sais désormais que la forêt est mon élément. J'ai peaufiné mon équipement en achetant de nouvelles chaussures de randonnée et une veste combinée adaptée à toutes les saisons. Nous avons randonné à deux, et à plus, entre amis, à deux reprises.

Les amis ont pris une place importante dans ma vie en deux mille dix huit. C'est précieux l'amitié. Je crois que relation amicale et relation amoureuse ne diffèrent pas beaucoup, en fait. Les deux demandent, pour tenir sur la durée, efforts, remise en question, concessions et compréhension.

Et puis il y a eu ...
les journées heureuses et les apéros à Houdon, les nombreuses consultations de naturopathie qui resteront je crois une parenthèse deux mille dix huit, les trente ans d'Olivier aussi, l'enthousiasme puis le refus de responsabilités et de projets trop lourds pour moi, un hiver avec de la neige, un dîner entre amis un peu particulier au début du mois de février, beaucoup de lectures, deux cercles de femmes, des crêpes et des gaufres en amoureux, trois jours formidables en Van au Portugal, un chatte qui a mis bas sur mes genoux à l'abri de la pluie sous un espigueiro, deux concerts de Julien Clerc et deux concerts d'Indochine et d'autres à la Laiterie, beaucoup de journées à Obernai et un dimanche incroyable au Spa de l'Hostellerie des Châteaux à Ottrott, beaucoup de compréhension sur moi-même mais à retardement mais qui voit clairement les choses quand il a la tête dans le guidon?

En ce trente et un décembre, il me semble bien que ce sont la sérénité, la confiance et la gratitude qui triomphent.

Alors, en avant 2019!


"On the sunny side of the street" proleteR tribute - qui nous a beaucoup résonné dans nos oreilles cette année 

Commentaires

  1. Wouaouw ! Tant de choses en une année ! Mais avant tout je tiens a vous transmettre mes sincères félicitations pour votre mariage et aussi pour le petit bout qui arrive. Il va avoir une maman formidable

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Merci pour votre commentaire! Je le lirai avec attention et y répondrai avec grand plaisir.

Mélanie

Articles les plus consultés